À lire ailleurs Propagande / Médias

Le best-seller de Juan Branco, un opuscule problématique


On a lu le bouquin de Juan Branco qui fait tant parler. C’est avec un vocabulaire d’extrême droite, une rhétorique du sous-entendu et des concepts bien foireux (l’oligarchie et ses « êtres ») que Crépuscule prétend nous dévoiler la marche du monde. Sauf qu’on y découvre pas grand-chose à part les obsessions de son auteur. Un article de Rebellyon.info.

Auteur·ices de l’article « Crépuscule ou l’erreur de la confusion. À propos de l’idole Branco », on nous a reproché de ne pas assez parler du contenu de son livre. C’est pourquoi nous en publions aujourd’hui une recension.

Plus profondément, cet article, comme le précédent, répond à une inquiétude. Nous avons l’impression que nos camarades de lutte identifient de moins en moins bien les ressorts fascisants ou complotistes de certains discours. Il s’agit sans doute du reflet de notre défaite idéologique. Face à un air du temps de plus en plus confus, nous n’avons pas su transmettre des anticorps antifascistes ou imposer une voix claire anti-autoritaire. Si certain·es anti-autoritaires décident de s’en accommoder, les auteur·ices de ce texte estiment que la montée des idées confusionnistes est un luxe que nous ne pouvons collectivement pas nous permettre. Nous serions heureu·ses de pouvoir passer du temps à lire et à écrire sur d’autres sujets, mais, tant que des discours de ce type pourront pénétrer dans nos espaces politiques, nous seront contraint·es de passer de l’énergie à y répondre. Ce décryptage du bouquin de Branco est donc destiné à nos camarades, et son message peut se résumer à « faites attention à ce que vous lisez ou diffusez ».

Cette lecture se base sur le pdf disponible en ligne. D’une part, pour ne pas donner d’argent à monsieur Branco ni à son éditeur. D’autre part, parce que l’auteur revendique des « centaines de milliers de téléchargements » et qu’on peut donc légitimement penser que c‘est cette version qui a été la plus lue.

Lire la suite sur le site Rebellyon.info.

À lire aussi