Infos locales Logement / Squat

Appel de la Grande Ourse : s’organiser pour le logement


La Grande Ourse met entre parenthèse ses activités pour organiser la mobilisation pour le droit au logement et contre les expulsions : nous vous convions à deux AG publiques pour construire la lutte, les mercredis 20 et 27 février dès 17h30.

APPEL A ORGANISATION // APPEL A MOBILISATION

LA CRISE DE L’ACCÈS AU LOGEMENT NE FAIBLIT PAS

L’HÉBERGEMENT D’URGENCE, MALGRÉ LE PLAN GRAND FROID, RESTEFAILLANT

LA GRANDE OURSE EST EXPULSABLE AU 31 MARS

LA SITUATION DES MINEURS ISOLES CONTINUE A ÊTRE PRÉOCCUPANTE

La Grande Ourse, en ouvrant ses portes le 3 septembre dernier, a cherché à répondre directement aux crises construites par les autorités publiques.

Des hommes, femmes, enfants sont maintenus, par des choix politiques répétés, depuis trop longtemps, à la rue.

C’est aujourd’hui 60 habitantes et habitants (hommes, femmes, enfants) qui ont trouvé refuge dans les locaux de l’ex-CPAM du quartier de la Doutre.

Malgré une comptabilité parfois manquante, nous avons de plus réalisées 398 nuitées d’hébergement d’urgence depuis la fin novembre.

Aujourd’hui, la crise ne faiblit pas. Nous sommes contraints d’arrêter l’accueil en hébergement d’urgence via le 115, puisque nous avons largement dépassé le seuil limite de personnes que pouvaient accueillir le bâtiment.

Fixé à 40 habitantes et habitants, nous avons été obligé d’exploser ce seuil à cause de l’affluence de personnes en situation d’hyper vulnérabilité (familles avec enfants en bas âge, femme seule et parfois enceinte...).

A cela s’ajoute la crise répétée de la prise en charge des mineurs isolés qui, avant même leur majorité, alors qu’ils sont logés par le département, sont finalement reconnus « non-mineurs », et mis brusquement à la rue sans solution de secours. Longtemps accueillis à la Vendange (Autre lieu ouvert sur Angers pour les mineur-es isolé-es, NdBC) , nous servons aujourd’hui de soupape de sécurité pour éviter que ces jeunes se retrouvent à affronter la rue et ses violences.

Et nous sommes expulsables le 31 mars prochain. Nous sommes en train de saisir le Juge des Exécutions, mais rien ne nous assure que nous obtiendrons des délais supplémentaires.

La Grande Ourse décide de cesser immédiatement son planning événementiel et la plupart de ses activités. Il est plus que temps de construire la mobilisation, et d’exiger des pouvoirs publics qu’ils prennent enfin, aujourd’hui, leurs responsabilité.

Pour organiser les semaines à venir, et à commencer par le mois de mars, nous invitons tout le monde à venir nous rejoindre en Assemblée Générale pour construire la mobilisation, les mercredi 20 et 27 février, de 17h30 à 20h à la Grande Ourse !

Nous proposons quelques hypothèses pour les revendications à porter :

- Une augmentation de 40 places supplémentaires MINIMUM à la halte de nuit du 115,
- Une suspension de toute mesure d’expulsion des habitantes et habitants de la Grande Ourse, même après le 31 mars, tant que des solutions réelles et pérennes ne sont pas proposées,
- Un dispositif de prise en charge pour le logement des mineurs isolés qui sont brusquement mis à la rue puisque le diagnostic de leur majorité a finalement changé,
- Une prise en charge de 100% des demandeurs d’asiles en CADA, comme la loi l’indique,
- Une augmentation des personnels et des budgets de toutes les structures, notamment celles qui prennent en charge le logement, à destination des personnes en grande précarité, SDF nés en France ou ailleurs (l’attente en moyenne pour un rdv avec un-e assistant-e social-e est de 1 mois !).

Le flyer associé à l’évènement :

À lire aussi