Brèves

Anti-terrorrisme et censure du web, l’état ne peut pas (encore) faire ce qu’il veut

Le 31 janvier 2019, le rendu du jugement du 20 décembre 2018 au tribunal administratif est tombé. Il était intenté par la CNIL contre la décision du ministère de l’intérieur de procéder au retrait et au déréférencement administratifs (blocage par les fournisseurs d’accès à Internet et dans les moteurs de recherche) des sites Indymedia Nantes et Grenoble [1]. Un article d’Indymedia Nantes.

Assemblée nationale : interdictions administratives de manifester et délit de dissimulation du visage

Dans le contexte du vote sur les nouvelles restrictions du droit de manifester dite “loi anticasseurs”, l’assemblée nationale a donné le feu vert pour la mise en place d’interdictions administratives de manifester. Une mesure qui bafoue de façon arbitraire la liberté fondamentale de manifester. L’assemblée a aussi voté la création du délit de “dissimulation volontaire du visage”. Un texte disproportionné et contraire à la présomption d’innocence.