Infos locales Antifascisme / Antiracisme

Ces politiciens qui vont servir la soupe aux fascistes locaux



Ce 21 octobre est prévue une conférence sur la « souveraineté » et « l’Europe » dans une salle municipale. Parmi les invités : Jean-Eudes Gannat du groupe néo-fasciste « l’Alvarium » et, pour lui servir la soupe, deux politiciens : Romain Laveau (EELV) et Simon Holley (LREM). On peut se poser la question : la participation des deux derniers est-elle dûe à la naïveté ou à l’ignorance ?

Peut-être Romain Laveau et Simon Holley ignorent-ils le problème avec l’expression de l’idéologie fasciste ? S’il semble clair à la plupart des militant·e·s de gauche que la seule option face au fascisme est le combat, cette idée tarde malheureusement à être acceptée plus largement. Probablement parce que le refus de parler avec l’extrême-droite est vu comme une attaque contre la liberté d’expression. En réalité, c’est la diffusion de l’idéologie fasciste qui représente le véritable danger pour celle-ci. En effet, le programme fasciste implique la suppression des organisations syndicales, le musellement de la presse, la dissolution des partis d’opposition et, plus terriblement, représente une menace existentielle pour des communautés entières. Le refus du débat avec, et le combat contre, le fascisme sont, en fait, des conditions nécessaires à l’existence de la liberté d’expression.

Peut-être Romain Laveau et Simon Holley pensent-ils pouvoir contrer le fascisme avec leurs sages paroles ? Si c’est le cas, ils se mettent le doigt dans l’oeil jusqu’au coude. D’une part, le discours fasciste ne fait pas appel à la raison, mais directement à des affects psychologiques. Son but n’est pas de gagner les esprits par le débat, mais de pousser à une mobilisation de masse avec des récits faux et simplistes qui résonnent avec les affects émotionnels d’une partie de la population. D’autre part, des personnes plus malignes ont essayé et ont échoué. Un exemple récent est Denis Robert qui invite Étienne Chouard sur le plateau du Média, alors que le militant antifasciste Yannis Youlountas l’avait prévenu du risque, et qui au final a permis l’expression de propos crypto-négationnistes.

Nos deux politiciens ont pourtant eu le temps de réfléchir à leur implication dans ce débat et au fait qu’ils ne peuvent que perdre. Il y a plus d’une semaine, le RAAF (Réseau Angevin Antifasciste) les a publiquement interpellé par rapport aux problèmes que pose leur participation à cette conférence. Malgré cela, nos deux politiciens restent muets et tout semble indiquer qu’ils vont participer à cette mascarade de débat. Alors, naïveté ou ignorance ?

Le flyer qui a (peu) circulé sur les réseaux sociaux :

Claire Schweitzer se serait déjà retirée du débat.

À lire aussi